Le média des décideurs

Newsletter

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
21.11.22

Victoire Le Dorze : le sens de la vigne

       Lorsque son père fait l’acquisition du Château Bonisson en 2017, Victoire Le Dorze, alors professionnelle du marketing, le convainc de donner un nouvel élan à ce domaine viticole au passé multiséculaire. Débute alors une belle aventure entrepreneuriale menée en famille. À priori(s) a rencontré celle qui est maintenant directrice du lieu.

Bien que née en Bourgogne, Victoire Le Dorze n’était pas destinée à travailler dans le milieu viticole. Après des études dans une école de commerce, elle exerce dans le domaine du marketing durant une dizaine d’années chez Philip Morris en France, en Suisse et au Royaume-Uni.

Dans la famille Le Dorze, évoquons aussi le père, Christian, qui a exercé comme cancérologue et radiothérapeute jusqu’en 1995 avant de cofonder le groupe de cliniques privées Vitalia. En quête d’une maison de vacances dans le sud de la France, il tombe en 2017 sous le charme du Château Bonisson, bastide du 18eme siècle située à Rognes entourée de vignes. Au départ, il envisage de confier l’exploitation à un vigneron. Ce souhait cédera rapidement sa place au désir de tenter l’aventure viticole…

Une affaire de famille

Après dix années passées dans le monde de l’entreprise ponctuées de déplacements réguliers à travers l’Europe, Victoire Le Dorze rêve de nouveaux horizons. Sachant son père fasciné de longue date par l’univers du vin, elle lui suggère de reprendre l’activité viticole du domaine. Enchanté par ce projet, il accepte de relever ce défi ambitieux aux côtés de sa fille. Ensemble, ils décident d’écrire une nouvelle page de l’histoire du domaine.

Dans un premier temps, la famille doit réaliser des travaux conséquents. Et pour cause : lorsque Christian Le Dorze fait l’acquisition du Château Bonisson, bon nombre de bâtiments situés sur le domaine sont à l’abandon. La vigne, quant à elle, est en bon état. Si les raisins récoltés sont envoyés à une coopérative, la marque Château Bonisson n’existe pas encore. Victoire Le Dorze et son père s’attèlent à créer la marque.

Et puis, il a fallu se former au métier, au secteur. Victoire Le Dorze n’a pas ménagé ses efforts, jonglant entre sa nouvelle activité professionnelle au domaine et une formation à l’Université du vin de Suze-La-Rousse. Cette détermination finit par porter ses fruits. En mai 2019, Victoire et Christian Le Dorze commercialisent leurs premières bouteilles. La famille reçoit un accueil chaleureux de la part des autres vignerons de la région comme aime le rappeler Victoire : « en Provence, les viticulteurs sont ouverts et accueillants. Nous avons été très bien acceptés ».

Victoire et Christian Le Dorze sont également bien entourés, s’appuyant sur un œnologue-conseil qui connait parfaitement le domaine et un directeur technique, lui aussi œnologue, en charge de l’élaboration du vin. Victoire Le Dorze, elle, est en charge de la gestion globale et stratégique du domaine.

Vin, nature, et traditions

Soucieux de préserver l’environnement, Victoire et Christian Le Dorze ont eu à cœur de veiller à ce que le vignoble réponde aux exigences de l’agriculture biologique « Pour moi c’était une évidence : je ne me voyais pas travailler la terre en y déversant des produits chimiques », affirme la jeune femme. Un engagement fort qui exige une grande proximité avec la vigne.  « La différence entre la culture conventionnelle et la cuture biologique, c’est bien la nécessité de devoir suivre la vigne de très près », ajoute-elle.

La directrice du Château Bonisson en est parfaitement consciente : le choix du bio s’inscrit dans le sens de l’histoire. En Champagne, par exemple, les domaines doivent nécessairement se plier aux règles de l’agriculture biologique. « À terme, c’est ce qui arrivera dans de nombreuses régions car la préservation de la biodiversité est un enjeu majeur », poursuit Victoire Le Dorze.

Mais ces deux aventuriers du monde viticole vont encore plus loin. Au sein du domaine, le labour est réalisé à l’aide d’un cheval et non d’un tracteur. Cette méthode traditionnelle évite les tassements et préserve la biodiversité. En outre, les vignes sont travaillées en fonction des différentes phases de la lune.

Au confluent du vin et de l’art

Désireux de lier l’expérience du vin à celle de l’art, Victoire et Christian Le Dorze lancent en janvier 2021 un centre d’art contemporain : le Bonisson Art Center, géré par Christian Le Dorze, passionné et grand collectionneur d’art contemporain depuis des décennies. « L’art contemporain reste méconnu du grand public, c’est la raison pour laquelle l’accès au centre est gratuit », souligne Victoire Le Dorze.

Proposant des expositions temporaires qui changent tous les trois mois, le centre permet de représenter l’art dans sa diversité : expressionisme abstrait, art cinétique, street art, etc. Le Bonisson Art Center fait d’ailleurs partie du réseau Plein Sud qui fédère 72 lieux d’art contemporain dans le sud de la France. Les expositions sont co-produites avec des partenaires (institutions publiques, galeries, commissaires d’exposition…).

Ce mariage entre vin et art rencontre un franc succès auprès du public, heureux de pouvoir alterner entre dégustation des vins du domaine et découverte d’artistes contemporains talentueux. Bon nombre des clients du Château Bonisson sont d’ailleurs étrangers. « L’art et le vin servent au rapprochement des peuples » affirmait Goethe…

Autres articles

Alisée Pierrot : pour un voyage durable, avec Mollow

À seulement 24 ans, Alisée Pierrot a su transformer sa conscience écologique en une aventure entrepreneuriale à impact. Grâce à Mollow, dont elle est la cofondatrice aux côtés de Chiara Pellas, l’ingénieure ambitionne de réinventer notre manière de voyager en Europe en mettant en avant le transport décarboné. Portrait d’une jeune entrepreneure qui s’engage pour un futur plus vert.

Lire l'article
Julie Meunier, Fondatrice des Franjynes

Julie Meunier : Changer le regard sur l’alopécie et le cancer avec les Franjynes

Touchée par un cancer du sein en 2015, aujourd’hui en rémission, Julie Meunier a laissé derrière elle son passé de juriste en droit immobilier pour devenir entrepreneure et auteure. Fondatrice de la marque Les Franjynes, elle propose des alternatives aux prothèses capillaires classiques et ramène de la joie et du style au sein d’un milieu parfois plombé par l’aspect médical et financier. Portrait d’une combattante.

Lire l'article