Le média des décideurs

Newsletter

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
06.10.22

Salomé Géraud : le zéro déchet comme raison d’être

       Le Drive tout nu vise à démocratiser le zéro déchet en proposant à ses clients une simplicité analogue à celle de la grande distribution. Rencontre avec sa cofondatrice, Salomé Géraud.

Salomé et Pierre, son mari, se sont rencontrés à San Francisco. Une ville pionnière en matière de traitement des déchets. Heureux hasard…

Dès leurs premiers échanges, ils s’aperçoivent qu’ils partagent les mêmes convictions en matière d’impact environnemental. Plus précisément, tous deux déplorent la surabondance de déchets dans nos sociétés. Par la suite, les nombreux voyages qu’ils réalisent aux quatre coins du globe ne font que confirmer ce constat, notamment dans les pays du tiers-monde où les déchets sont nettement plus visibles.

Il faut dire que le paradoxe, au-delà d’être inquiétant, est particulièrement saisissant. Chaque Français produit en moyenne 590 kilos de déchets par an, dont la moitié sont des déchets d’emballage. Pourtant nous connaissons pertinemment les ravages des déchets sur l’environnement, de même que leurs conséquences désastreuses sur la santé.

Cette prise de conscience fait naître chez Salomé et Pierre Géraud une volonté d’agir concrètement pour que la situation évolue. Très vite, l’entrepreneuriat s’impose à eux comme un levier indispensable pour amorcer ce changement. Peu à peu, les contours du projet se dessinent. Pour promouvoir le zéro déchet, ils songent à la mise en place d’un drive permettant aux Français de faire leurs courses sans le moindre emballage jetable. Convaincus de la pertinence de ce concept, ils décident de participer à Ticket for change. Avec succès. Dans la foulée, Salomé quitte la fonction publique. Pierre, qui exerce alors comme ingénieur agricole, demande une rupture conventionnelle à son employeur.

Les vertus du Drive tout nu

« Zéro déchet, pratique, goûtu ». Tels sont les termes choisis par Salomé Géraud pour résumer la philosophie du Drive tout nu. Le consommateur effectue ses courses en ligne. Une heure plus tard, il peut se présenter au drive pour récupérer les bocaux qui contiennent les articles commandés. Le client a la possibilité de ramener les bocaux la fois suivante.

Le Drive tout nu repose sur trois engagements forts.

D’une part, les deux associés ne travaillent qu’avec des producteurs qui partagent leur engagement en faveur du zéro déchet. Ainsi, les produits sont impérativement conditionnés en zéro déchet ou bien en vrac.

D’autre part, ils mettent à l’honneur les produits locaux. En effet, 60 % des produits proposés sont issus d’un périmètre de moins de 100 km autour de chaque point de vente. Chaque ouverture de magasin entraîne ainsi la création d’un circuit d’approvisionnement local.

Autre sujet sur lequel Salomé Géraud ne transige pas : la qualité. De nombreux produits mis à la vente sont « bio ou assimilés bio ». Mais pas uniquement. « Beaucoup de producteurs qui font de la qualité ne sont pas labellisés bio, soit faute de moyens suffisants, soit par refus », précise Salomé Géraud.  

« Le rêve de toute l’équipe du Drive tout nu, c’est de démocratiser la consommation zéro déchet en la rendant pratique, accessible. »

Une démocratisation en marche

Le concept séduit. Pour l’heure, les fondateurs ont créé 7 magasins, 3 d’entre eux se situent à Toulouse. Les autres se trouvent à Bordeaux, Lille et Chambéry. Sur ces 7 magasins, 4 sont détenus en propre. Les autres ont été montés en franchise sociale. Grâce à une levée de fonds récente, le couple entend bien renforcer sa présence sur le territoire, en ouvrant d’autres établissements. Cette levée de fonds va également permettre aux deux associés d’étoffer l’effectif. « Nous allons pouvoir muscler nos équipes centrales sur les achats, la logistique, l’IT, le marketing et la communication », se félicite Salomé Géraud.

« Le rêve de toute l’équipe du Drive tout nu, c’est de démocratiser la consommation zéro déchet en la rendant pratique, accessible » poursuit-elle. L’essor du Drive tout nu montre que cet objectif ambitieux n’est pas un vœu pieux. Salomé Géraud l’a constaté : sa clientèle a évolué. Au départ, elle était essentiellement composée de cadres supérieurs. Peu à peu elle s’est diversifiée, signe que le zéro déchet séduit largement.

La force de l’accompagnement

Revenant sur la genèse du Drive tout nu, Salomé Géraud considère que l’envie d’entreprendre ne peut pas être durablement réfrénée : « si l’on cherche à faire taire cette envie, elle finira par revenir ».   

L’envie est une condition nécessaire, mais pas suffisante pour créer une entreprise. Salomé Géraud en est persuadée : difficile de se lancer dans l’entrepreneuriat sans un accompagnement. « Il est nécessaire de se faire accompagner aux différentes étapes d’un projet, tant sur le plan business que sur le plan humain », insiste-t-elle. « Le parcours Entrepreneur du ticket for change a été fondamental pour nous permettre de passer de l’idée au projet », reconnait Salomé Géraud.  

Un accompagnement qui n’a pas cessé avec la création des premiers magasins de l’enseigne. Au contraire. Aujourd’hui encore, Salomé Géraud et son époux sont entourés par le Mouvement Impact France, le Réseau Entreprendre, ou encore le Réseau Vrac. Voilà qui ne manquera pas de rassurer ceux qui souhaitent créer une entreprise à impact mais qui n’ont pas encore oser se lancer… 

Autres articles

Alisée Pierrot : pour un voyage durable, avec Mollow

À seulement 24 ans, Alisée Pierrot a su transformer sa conscience écologique en une aventure entrepreneuriale à impact. Grâce à Mollow, dont elle est la cofondatrice aux côtés de Chiara Pellas, l’ingénieure ambitionne de réinventer notre manière de voyager en Europe en mettant en avant le transport décarboné. Portrait d’une jeune entrepreneure qui s’engage pour un futur plus vert.

Lire l'article
Julie Meunier, Fondatrice des Franjynes

Julie Meunier : Changer le regard sur l’alopécie et le cancer avec les Franjynes

Touchée par un cancer du sein en 2015, aujourd’hui en rémission, Julie Meunier a laissé derrière elle son passé de juriste en droit immobilier pour devenir entrepreneure et auteure. Fondatrice de la marque Les Franjynes, elle propose des alternatives aux prothèses capillaires classiques et ramène de la joie et du style au sein d’un milieu parfois plombé par l’aspect médical et financier. Portrait d’une combattante.

Lire l'article