Le média des décideurs

Newsletter

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
12.04.22

Pier Augé : une histoire d’amour(s)

       Avant d’avoir atteint les trente ans, Diane de Comte et Charles Dupont ont déjà eu plusieurs vies. Dans l’entrepreneuriat, dans les grands groupes et depuis 2020, dans un projet fou de reprise d’une entreprise de cosmétique âgée de 60 ans : Pier Augé.

Des tentatives de création d’entreprise…

Âgés respectivement de 26 et 28 ans, ils restent alors tous les deux sur des projets entrepreneuriaux non aboutis. « Mon conjoint, en parallèle de son poste chez Remy Cointreau, s’était lancé dans la location Airbnb, à Bruxelles notamment, mais avec le confinement et l’arrêt brutal du tourisme, nous nous sommes retrouvés dans une sacrée impasse », raconte Diane de Comte. Cette dernière avait, après ses études de commerce à Grenoble, tenté une première aventure entrepreneuriale en créant une marque de shampoing avec sa meilleure amie, qui ne survivra pas non plus à la crise sanitaire.

… qui font naître un projet de reprise !

Le début du confinement acte donc chez ce couple une envie de changement, de nouveau départ. Leur vient alors l’idée de se pencher sur les annonces d’entreprises judiciaires en redressement. « Je souhaitais continuer à évoluer dans le secteur cosmétique et notre projet était donc de reprendre un laboratoire. Une reprise d’une entreprise plutôt qu’une création nous permettait de bénéficier d’un outil de production existant, pouvant être relancé rapidement », ajoute-t-elle. Cette période inédite laisse place, chez Diane et Charles, à une certitude : la reprise d’entreprise sera leur nouvelle aventure.

Après quelques semaines de recherche, c’est la mère de Diane de Comte qui déniche un matin la perle rare et appelle sa fille pour lui parler de Pier Augé. « Cette marque nous disait quelque chose, on l’associait aux produits qu’utilisaient nos grand-mères ou nos mères, mais qui étaient un peu oubliés», se rappelle l’entrepreneuse. Une marque âgée de 60 ans, qui n’a plus investi dans le marketing ni fait de communication depuis plus de vingt ans mais qui résonne encore dans l’oreille de tout le monde : c’est la pépite recherchée par le couple. « Nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas passer à côté de cette entreprise, qu’on le regretterait si on ne se saisissait pas de cette opportunité ». Le couple tombe amoureux de Pier Augé, de son histoire.

«  Nous nous sommes dit que nous ne pouvions pas passer à côté de cette entreprise, qu'on le regretterait si on ne se saisissait pas de cette opportunité. »

L’histoire d’un pharmacien inspiré et amoureux

Car Pier Augé est, depuis son origine, une histoire d’amour. En 1961, Pierre Jules Augé, pharmacien établi à Monaco souhaite développer un produit cosmétique pour remédier aux problèmes de peau de sa femme Lucienne. Il créé alors le soin adoucissant Ental Délicate, devenu depuis un produit iconique de la marque. Sa première gamme de soins a été développée dans son usine à Monaco mais c’est dans le Berri que l’histoire se poursuit. « Pier Augé a pendant longtemps été – avec Pyrex – le plus grand employeur de la ville de Châteauroux et embauchait plus d’une centaine de personnes sur son site castelroussin », rappelle Diane de Comte. Cet enracinement dans la région aura son importance pour la suite de l’histoire.

Retour au printemps 2020, le couple doit attendre la fin du confinement pour obtenir l’autorisation de se déplacer et donc pour rencontrer la propriétaire de Pier Augé, ses employés et leur présenter le projet. Pendant ce temps-là, ils peaufinent leur dossier et sont ainsi parés quand la bataille pour la reprise se précise. « Nous étions en compétition avec plusieurs entreprises étrangères, notamment chinoises et nous voulions miser sur une particularité, celle de garder l’outil de production en France. Nous avions en tête le contre-exemple de Jean d’Estrées, qui avait en son temps aussi été une grande entreprise de cosmétique française (le fondateur était le maquilleur d’Édith Piaf) et qui n’existe aujourd’hui presque plus sur le sol français », précise Diane.

Un coup de pouce inattendu

Face à des offres bien plus élevées que la leur, le couple joue donc la carte du Made In France, de la sauvegarde de l’emploi… et bénéficie d’un sacré coup de pouce du destin. Du fait des restrictions sanitaires, l’audience de reprise est ajournée. Dans ce cas de figure, c’est au repreneur de se manifester au tribunal pour réitérer son intérêt quant à la reprise de l’entreprise. « Un point qui n’était pas clair pour nos concurrents étrangers ! Nous nous sommes donc retrouvés seuls repreneurs potentiels lors de notre audience au tribunal de commerce ! ».

« Notre plan de redéveloppement, qui reposait sur une implantation maintenue sur site à Châteauroux a également séduit la région et la ville, qui nous ont soutenus ». Depuis le 23 juillet 2020, Diane de Comte et Charles Dupont sont officiellement à la tête de Pier Augé.

Depuis, le couple continue d’être accompagné par les acteurs locaux. « Lauréat du plan de relance industrielle, nous avons pu repenser totalement notre outil de production, et avons été parmi les plus aidés dans la région. Nous avons pu conserver les postes et relancer l’entreprise » raconte Diane de Comte.

18 mois plus tard, Pier Augé a bien été réveillé par le couple d’entrepreneurs, qui compte lui faire retrouver son lustre d’antan !

Autres articles

Alisée Pierrot : pour un voyage durable, avec Mollow

À seulement 24 ans, Alisée Pierrot a su transformer sa conscience écologique en une aventure entrepreneuriale à impact. Grâce à Mollow, dont elle est la cofondatrice aux côtés de Chiara Pellas, l’ingénieure ambitionne de réinventer notre manière de voyager en Europe en mettant en avant le transport décarboné. Portrait d’une jeune entrepreneure qui s’engage pour un futur plus vert.

Lire l'article
Julie Meunier, Fondatrice des Franjynes

Julie Meunier : Changer le regard sur l’alopécie et le cancer avec les Franjynes

Touchée par un cancer du sein en 2015, aujourd’hui en rémission, Julie Meunier a laissé derrière elle son passé de juriste en droit immobilier pour devenir entrepreneure et auteure. Fondatrice de la marque Les Franjynes, elle propose des alternatives aux prothèses capillaires classiques et ramène de la joie et du style au sein d’un milieu parfois plombé par l’aspect médical et financier. Portrait d’une combattante.

Lire l'article