Le média des décideurs

Newsletter

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
23.05.24

Mathilde Hébert : du jeu ludique à l’action écologique avec Ma Petite Planète

       À seulement 25 ans, Mathilde Hébert s’est lancée dans l’aventure entrepreneuriale en cofondant Ma Petite Planète, une application proposant des défis écologiques à réaliser entre ami.e.s, famille, collaborateurs ou camarades de classe pendant 3 semaines. Rencontre.

En 2019, tout juste diplômée d’un Master en économie de la croissance et du développement obtenu à Madrid, Mathilde Hébert intègre l’OIT (l’Organisation internationale du travail) où elle travaille sur des programmes de développement de l’entrepreneuriat féminin sur le continent africain. Se sentant peu légitime face aux problématiques de pays qu’elle connaît peu, la jeune diplômée se tourne vers un tout autre domaine, celui des transports, et intègre en parallèle une association locale « la fourmilière » où elle anime des ateliers de conversation en français pour des personnes exilées.

C’est dans cet univers bienveillant et porteur de sens qu’elle fait la connaissance de Clément Debosque puis de Christian Nallatamby avec qui elle fonde quelques mois plus tard « Ma Petite Planète ».

« Nous n’avions qu’une seule conviction : miser sur le jeu, le convivial, le collectif pour sensibiliser le plus grand nombre au respect de notre environnement. »

Le jeu comme levier de sensibilisation

À l’été 2019, en pleine canicule, Clément Debosque a une idée, celle de créer un jeu autour de l’écologie en s’inspirant des codes de @Mon Petit Gazon, l’application phare du moment qui propose des défis autour du foot. Sans hésiter, le trio se lance dans l’aventure entrepreneuriale avec la conviction que le jeu collectif est le meilleur levier pour transmettre des valeurs fortes, déployer des messages et encourager le passage à l’action. « Durant mes études, j’étais confrontée aux problématiques des pays en développement. Le dénominateur commun était notre façon de consommer, de produire. Cela faisait sens pour moi de mettre toute mon énergie dans la protection de la planète et du vivant » explique Mathilde Hébert. 

De cette conviction est née Ma Petite Planète, une application proposant des défis écologiques à réaliser en équipe pendant 3 semaines, 3 fois par an pour les adultes et 2 fois par an pour les scolaires. D’abord, les trois compères testent le concept auprès de leur famille et de leurs proches. Forts de ce premier succès, ils lancent au printemps 2020 une édition spéciale « Mon Petit Confinement » auprès du grand public « pour apporter de la joie et du lien dans cette période compliquée » poursuit la jeune entrepreneuse.

« Pour façonner notre concept, nous nous sommes appuyés sur plusieurs ouvrages spécialistes de la gamification et de ses nombreux bienfaits. »

Aujourd’hui disponible pour le grand public, mais aussi pour les entreprises et les écoles, Ma Petite Planète est avant tout un moyen pédagogique et ludique de sensibiliser la population à l’écologie de manière positive et concrète. « Cette idée de défis entre équipes est idéale pour éveiller les consciences, créer un effet de mimétisme, et encourager les gens à changer leur comportement, tout en s’amusant » poursuit la cofondatrice.

S’acculturer et se structurer : des défis de taille

Pour nourrir et consolider son discours, l’association s’est formée aux enjeux écologiques et environnementaux grâce au soutien d’experts qui relisent, sourcent et challengent chacun des défis. Les équipes participent également occasionnellement à des ateliers spécifiques autour de ces problématiques climatiques et des solutions possibles (La fresque du climat, ADEME, Nos vies bas carbone).

L’association s’est aussi structurée, passant de trois associés et quelques bénévoles à 35 salariés en seulement quatre ans.

« Notre objectif : devenir le challenge de référence en France et en Europe sur le passage à l’action écologique. »

Vers un futur plus souhaitable

Mathilde Hébert le sait, le chemin est encore long, mais l’engagement est là. Aujourd’hui, Ma Petite Planète représente plus de 430 000 personnes sensibilisées, et plus de 5,4 millions de défis réalisés. Mais l’ambition de la jeune pousse ne s’arrête pas là, elle envisage de beaux projets d’avenir avec notamment le lancement prochain de l’édition spéciale « Jeux de l’Écologie » avec la participation de la Ville de Paris. L’association souhaite également poursuivre son travail avec les collectivités (un très bon levier de croissance), et renforcer ses liens avec l’Éducation Nationale et les entreprises. Enfin, elle ambitionne une internationalisation à horizon 2025-2026.

La jeune femme en est sûre, ce changement de cap a considérablement mis du sens dans son quotidien. « Il est important pour moi de rester fidèle à mes valeurs, et de continuer à convaincre des centaines de milliers de personnes de plus chaque année pour réussir à offrir à nos enfants un futur meilleur et vivable. »

Autres articles

Cosima : réinventer l’accompagnement des seniors

À travers une approche centrée sur le bien-être et la préservation de l’identité de ses résidents, Cosima réinvente les habitats partagés pour les seniors en perte d’autonomie. Rencontre avec Maxence Petit, son fondateur, qui explore les valeurs et les ambitions qui guident cette entreprise à mission.

Lire l'article