Le média des décideurs

Newsletter

12.06.23

Édouard Eyglunent connecte le grand public à l’artisanat avec Wecandoo

       En chemin pour devenir chef cuisinier après un diplôme à l’institut Paul Bocuse et plusieurs expériences dans les métiers de bouche et l’hospitalité, Edouard Eyglunent décide de changer de cap en rejoignant la start-up foodtech Room Seasons qui lui donne le goût de l’entrepreneuriat. Avec son associé rencontré en école de commerce, il fonde Wecandoo en 2017 avec pour mission de connecter artisans et publics autour de l’artisanat en proposant des ateliers immersifs d’initiation.

Passionné depuis l’enfance par l’artisanat, Edouard Eyglunent aime comprendre la manière dont nos objets du quotidien sont façonnés. Curieux par nature, il pousse ainsi régulièrement les portes d’ateliers pour rencontrer des artistes et artisans et découvrir leur savoir-faire. Avec son associé Grégoire Hugon, dont la famille est issue du milieu agricole, il partage cette même sensibilité pour l’authenticité, la fabrication artisanale et le contact humain. Leur rencontre et ce besoin commun de retour au fondamental donnent naissance à l’aventure Wecandoo.

Au cours de ses visites d’ateliers, Edouard Eyglunent découvre la réalité des artisans, leurs besoins, mais aussi les obstacles rencontrés. Manque de visibilité auprès du grand public, difficulté à communiquer autour de leur savoir-faire, besoin de pédagogie autour de la valeur des produits fabriqués…Wecandoo entend faciliter le quotidien des professionnels en les accompagnant dans la transmission et la mise en valeur de leurs talents.

L’accompagnement proposé est d’ailleurs un véritable succès pour les artisans, qui reçoivent 80% du prix des ateliers. La somme perçue est non négligeable, à hauteur de 1 000 euros par mois pour un ou deux ateliers par semaine, ce qui permet généralement de couvrir leur loyer.

Allier responsabilité sociétale et plaisir

La plateforme rencontre également un franc succès côté publics. L’heure est aux circuits-courts. La période covid s’est avérée un accélérateur important pour l’entreprise, en marquant une implication plus grande dans le fait-main et l’achat de proximité.

Wecandoo réconcilie les Français avec l’artisanat, en leur permettant de mieux comprendre les processus de fabrication des produits qu’ils achètent mais aussi la valeur du produit créé. Fabriquer soi-même une burrata, créer son propre miroir ou encore s’initier à l‘ébénisterie, des métiers de bouche aux métiers d’art, s’inspirant de la tendance Do it yourself, Wecandoo s’adresse à tous les amateurs de découvertes culinaires et manuelles, désireux de mettre la main à la pâte.

À la conquête de nouveaux territoires

Wecandoo couvre tout le territoire français et met en relation plus de 2 200 artisans au savoir-faire unique. L’entreprise poursuit son développement notamment en milieu rural afin de proposer de nouvelles formes de tourisme pensées autour de l’artisanat. Une manière de reconnecter les publics au savoir-faire tout en participant à l’attractivité des territoires en créant du lien social.

L’aventure ne s’arrête pas là, Wecandoo se déploie aussi progressivement à l’international. La plateforme, partie à la conquête de nouveaux territoires, est ainsi présente en Belgique, aux Pays-Bas avec 150 artisans déjà répertoriés et ouvrira ses premiers ateliers à Londres le 19 juin prochain.

Pour Edouard Eyglunent, la création d’une entreprise relève aussi d’un savoir-faire : “ce n’est pas seulement avoir une bonne idée, encore faut-il savoir exécuter”.

Là encore, la rencontre est au cœur de son projet : à la tête d’une équipe d’une cinquantaine de personnes, cet entrepreneur aguerri entend fédérer ses collaborateurs autour d’une cause et d’une passion communes.

« L’entrepreneuriat est le meilleur moyen de comprendre ce qui nous épanouit »

Grâce à l’initiative d’Edouard Eyglunent, près de 600 personnes franchissent chaque jour la porte d’un atelier pour aller à la rencontre d’un artisan. Une valorisation du travail manuel et la naissance, peut-être, de nouvelles vocations.

Autres articles

Gabrielle Légeret : replacer l’intelligence manuelle au cœur du projet de société avec l’association « De l’or dans les mains »

Dans un monde de plus en plus axé sur la technologie et le digital, les métiers manuels semblent être perçus comme vieillissants et peu attractifs. Pourtant, Gabrielle Légeret, fondatrice de l’association De l’or dans les mains, en est convaincue : l’artisanat incarne une richesse de savoir-faire qu’il faut diffuser aux jeunes générations. Rencontre.

Lire l'article

Ruben Petri : lutter contre l’isolement des parents solos avec Commune

En France, plus de 2 millions de familles sont monoparentales*. Pour ces familles (des femmes seules avec enfants, dans 82% des cas), l’accès au logement est une gageure. C’est pour s’élever contre ce triste constat que Ruben Petri et Tara Heuzé-Sarmini ont créé Commune en 2021 : le tout premier coliving au monde dédié uniquement aux familles monoparentales. Rencontre.

Lire l'article