Le média des décideurs

24.10.22

Revendication

La semaine dernière, nous avons assisté à une tentative d’épreuve de force avec l’organisation de la marche contre la vie chère et l’inaction climatique. Certains syndicats avaient, en effet, répondu à l’appel de la NUPES pour faire de cet événement l’avènement d’un nouveau Front populaire.

Les Français sont attachés à leur droit de grève, dès lors qu’il s’agit de défendre, pour tous, une amélioration de la qualité de vie. En latin, le mot rei vindicatio signifie « réclamation de la chose ». La vindicatio est une réclamation en justice, un désir de justice par la force du droit. Le terme revendication conserve en français cette notion de colère face à l’injustice. D’un terme juridique, le mot a glissé peu à peu vers la réclamation au détenteur du pouvoir. Le terme latin vindicare a d’ailleurs donné en français le verbe venger !

La différence entre la revendication et la vindication réside dans le fait que la première génère des négociations pour obtenir une reconnaissance de la valeur travail, par exemple. Les revendications sont toujours menées dans le sens du progrès, même si elles ne semblent pas toujours légitimes ou justes.

De la revendication à la vindication, il n’y un qu’un pas que les syndicats semblent avoir franchi. Dès lors qu’il s’agit de défendre les avantages d’une corporation, est-ce la défense du progrès pour tous ? La question mérite d’être posée face au peu d’engouement rencontré par cette marche. Quoi qu’il en soit, la rentrée sociale est complexe pour le gouvernement obligé de composer entre inflation, enjeux autour de l’énergie, défi climatique et contexte géopolitique tendu…

Delphine Jouenne